La symbophonie du souvenir : expérience intime et universelle

La symbophonie du souvenir : expérience intime et universelle

La symbophonie du souvenir, titre de cette série photographique donne à voir et à entendre un « même » moment vécu par trois sœurs, Tilda, Marguerite et Luce.

 

Neuf photographies, un carnet d’écriture et une bande-son pour dire de façon douce et aérienne le temps qui passe, mais aussi, ces présents passés qui demeurent.

 

Étonnante œuvre métaphorique du procédé photographique, lui-même, et du souvenir.

 

En effet, la photographie est cette technique qui permet d’obtenir l’image durable des objets, par l’action de la lumière sur une surface sensible et le souvenir pourrait se traduire par le récit que chaque individu se crée d’un moment passé, d’un temps révolu et à tout jamais figé, dans sa surface sensible.

 

Une première image pose les trois femmes au présent – et donc en couleur, puis se succèdent, en noir et blanc, les images que chacune a fixées de ce moment vécu, permettant à l’œil qui regarde et à l’oreille qui écoute, de s‘approprier et de se remémorer sa propre histoire.

 

Flou-net, ombre-lumière, mouvement-objets posés, fermeture-ouverture, vide ou espace saturé, laissent toute liberté à la personne spectatrice de réinvestir, par le prisme de cette tranche de vie particulière, son intimité propre.

 

Au travers de ces neuf photographies, amplifiées quant à leur sens, par la bande-son et le carnet d’écriture, nous passons du présent au passé, du passé au présent, de la couleur au noir et blanc, du son de la vaisselle lavée à celui du piano, dans un mouvement, comme de balancier d’horloge, doux et apaisant, reconnu.

 

Les différentes couches de tapisserie se superposent sans dire, ce qui n’aurait pas d’importance, laquelle est la plus ancienne, laquelle est la plus récente, le vent lumineux qui met en mouvement les rideaux, la vapeur du thé qui attend dans l’ombre, arrondissent en douceur les angles de ce temps qui est passé, qui passe, et permettent à tout un chacun de faire, à la fois, une pause et de se relier à cette petite musique volatile, personnelle et profonde qu’est la mémoire.

 

 

Anne Toury (novembre 2021)

La symbophonie du souvenir, titre de cette série photographique donne à voir et à entendre un « même » moment vécu par trois sœurs, Tilda, Marguerite et Luce.

 

Neuf photographies, un carnet d’écriture et une bande-son pour dire de façon douce et aérienne le temps qui passe, mais aussi, ces présents passés qui demeurent.

 

Étonnante œuvre métaphorique du procédé photographique, lui-même, et du souvenir.

 

En effet, la photographie est cette technique qui permet d’obtenir l’image durable des objets, par l’action de la lumière sur une surface sensible et le souvenir pourrait se traduire par le récit que chaque individu se crée d’un moment passé, d’un temps révolu et à tout jamais figé, dans sa surface sensible.

 

Une première image pose les trois femmes au présent – et donc en couleur, puis se succèdent, en noir et blanc, les images que chacune a fixées de ce moment vécu, permettant à l’œil qui regarde et à l’oreille qui écoute, de s‘approprier et de se remémorer sa propre histoire.

 

Flou-net, ombre-lumière, mouvement-objets posés, fermeture-ouverture, vide ou espace saturé, laissent toute liberté à la personne spectatrice de réinvestir, par le prisme de cette tranche de vie particulière, son intimité propre.

 

Au travers de ces neuf photographies, amplifiées quant à leur sens, par la bande-son et le carnet d’écriture, nous passons du présent au passé, du passé au présent, de la couleur au noir et blanc, du son de la vaisselle lavée à celui du piano, dans un mouvement, comme de balancier d’horloge, doux et apaisant, reconnu.

 

Les différentes couches de tapisserie se superposent sans dire, ce qui n’aurait pas d’importance, laquelle est la plus ancienne, laquelle est la plus récente, le vent lumineux qui met en mouvement les rideaux, la vapeur du thé qui attend dans l’ombre, arrondissent en douceur les angles de ce temps qui est passé, qui passe, et permettent à tout un chacun de faire, à la fois, une pause et de se relier à cette petite musique volatile, personnelle et profonde qu’est la mémoire.

 

 

Anne Toury (novembre 2021)

MODÉLISATION 3D DE LA SALLE D'EXPOSITION

MODÉLISATION 3D DE LA SALLE D'EXPOSITION

Projet de fin d’étude sur la thématique : « Tranche(s) de vie(s) ».

Merci à la colocation de La Vacherie qui m’a hébergée le temps d’un weekend. Merci à Anthinéa, Léna, Noé, Alanna, France, Élisa d’avoir posé ou participé à cette expérience d’une manière ou d’une autre. Merci à Anne, ma mère, Domy et Marie, mes tantes de m’avoir inspirée. Merci à mon frère, Marek, pour les simulations d’exposition en modélisation 3D d’après mes directives. Merci à Lya pour son aide précieuse avec le carnet. Merci à Cédric, mon amoureux, de m’avoir soutenue pendant mon projet. Merci à mes amies qui se reconnaîtront. Merci à M. Batard et Mme Eilert, mes professeurs d’art et d’histoire de la photographie pour leur retour sur mon travail tout au long de l’année scolaire 2020/2021. Merci à M. Croteau, mon professeur de photographie, pour tout ce qu’il m’a enseigné.

Projet de fin d’étude sur la thématique : « Tranche(s) de vie(s) ».

Merci à la colocation de La Vacherie qui m’a hébergée le temps d’un weekend. Merci à Anthinéa, Léna, Noé, Alanna, France, Élisa d’avoir posé ou participé à cette expérience d’une manière ou d’une autre. Merci à Anne, ma mère, Domy et Marie, mes tantes de m’avoir inspirée. Merci à mon frère, Marek, pour les simulations d’exposition en modélisation 3D d’après mes directives. Merci à Cédric, mon amoureux, de m’avoir soutenue pendant mon projet. Merci à mes amies qui se reconnaîtront. Merci à M. Batard et Mme Eilert, mes professeurs d’art et d’histoire de la photographie pour leur retour sur mon travail tout au long de l’année scolaire 2020/2021. Merci à M. Croteau, mon professeur de photographie, pour tout ce qu’il m’a enseigné. Merci à Miguel pour les tirages.

© 2022 MERINGUEBLUE. Tous droits réservés.

© 2022 MERINGUEBLUE. Tous droits réservés.